Articles okletze

Publié le 13 juin 2018 | par HudgiNy

0

Devilman Crybaby

Bien le bonjour dans ce nouvel article cette fois consacré à un anime qui a été, depuis un moment maintenant, mon coup de coeur. Devilman a été publié pour la première fois dans les magazines shonen en 1972 et 1973 par Go Nagai. Ouf, ça date ! Depuis, il a été adapté en un anime (39 épisodes) ainsi qu’en OVA distancés qui sortent chacun en 1987, 1990 et 2000.

Je vous entends déjà me dire « Oui, mais Hudgi, on t’a demandé une série qui a cartonné et qui est récente? Pourquoi tu nous parles de ça? » Eh bien, c’est là que ma critique commence, car je toucherai à peine aux vieilles sorties (surtout la première série que je n’ai pas écoutée). Si vous êtes abonnés sur Netflix ou que des amis Geek/Otaku le sont, vous avez alors sûrement entendu d’un certain Devilman Crybaby (oui, comme l’image plus haut. Oh le spoiler!). C’est effectivement comme vous pensez : Netflix a sorti sa propre série de Devilman en 2018 et bordel, ça a cartonné les amis! Pourquoi ça a été aussi populaire et ce que j’en pense? Oh ça, j’en parle juste plus bas.

 

Résumé

**//Le résumé contient des spoilers du premier épisode//**

L’histoire commence avec plusieurs scènes qui n’auront de sens que lors de la seconde écoute. Je vous le promets. Donc la première scène : la planète qui explose. NORMAL. Ensuite, nous avons droit au premier aperçu des personnages : Akira, un jeune homme aux cheveux noirs et Ryou, un jeune blondinet. Akira tient un petit chaton malade et refuse de le donner à Ryou qui souhaite l’achever. Petit ellipse à plus tard : Akira pleure le chaton décédé alors que son ami ne comprend pas le sens de ses larmes, car après tout, les faibles meurent et les plus forts survivent. Déjà, le thème de Crybaby est présent ainsi que la manière crue de représenter les choses dans cet anime.

Fast forward au présent : Akira a grandi et il est ami avec une jolie nana de l’équipe de course à pied, Miki. Comme Miki est très douée, le sujet du doping est tout de suite amené. Comme je l’ai dit plus tôt : il n’y aura pas de gants blancs ici. Mais voici où les choses deviennent intéressantes. Alors que le sujet du doping est nommé, les garçons de l’école nomment une nouvelle manière d’améliorer sa performance : des séances de sabbat. Jusque-là, rien de trop anormal si un peu bizarre. S’en suit alors de quelques scènes où Akira montre qu’il est un gentil garçon sentimental qui pleure. Blah blah blah. Notre héro semble bien faiblard. Eh bien! Laissez place à l’intrigue, allez ouste!

Après une jolie scène de… rap japonais que j’aime bien nommer, du rapenese (Accros des jeux ne consent pas à cette blague raciste), on nous introduit enfin un Ryou plus vieux! Et c’est… tellement rapide, il n’a rien à y comprendre. Le blondinet fait taire les rappeurs avec un ak-47 en tirant devant eux et s’enfuit comme un voleur avec Akira dans les bras qui est TOTALEMENT consentant à cette bizarrerie : c’est son ami Ryou, c’est NORMAL.

Une fois dans la voiture de son ami, notre héros demande enfin pour quoi ce kidnapping si soudain? Ryou lui révèle alors que son professeur est mort en s’immolant et qu’il soupçonne qu’il a été possédé par un démon. Alors son premier réflexe? Allez chercher son meilleur (et seul ami) Akira afin d’aller tester sa théorie dans une session de Sabbath. GÉNIAL! C’est ce que notre con de personnage principal a dû penser parce qu’il se lance la tête baissée dans un strip club où les gens baisent, se droguent et boivent. Je vous avais dit que c’était 18+? OUPS! Maintenant vous le savez!

Si tout en était resté là, l’émission n’aurait jamais eu d’histoire. Ryou a un plan : obliger les démons à se présenter et posséder les gens, car il souhaite qu’Akira lui-même en devienne un. Il souhaite que son ami arrive à surpasser la force mentale du démon pour posséder son corps et ses habiletés tout en gardant toute sa tête. Alors, pourquoi prendre le personnage le moins charismatique et fort de toute l’émission? Bah, c’est son seul ami et qu’il est le seul assez con pour s’engager dans cette affaire. Bon, trêve de plaintes, continuons! Le blond fait couler le sang en attaquant sauvagement les premières personnes devant lui avec une bouteille cassée et fait couler le sang à flot tout en… tuant très certainement certaines personnes au passage

0294c4f99374aae93e30e1faccacd6a5

Ryou est rapidement maîtrisé et battu, Akira avec pour être son ami. Puis ce qui devait arriver arriva : les démons sont invoqués et à partir de ce moment, ce n’est plus un club rempli de dévergondés et de plaisir, mais un réel massacre sans pitié. Un à un, les gens sont massacrés ou transformés en créatures parfois sans queue ni tête alors que les murs du club sont lentement repeints couleur sang et intestins. Pendant ce temps, dans toute cette débandade : Akira panique. Il tente de s’enfuir en vain avant qu’un démon ne prenne la possession de son petit corps si frêle et de son esprit si malléable. Puis l’impossible se passe messieurs-dames : Akira réussit à soumettre à sa volonté le démon puissant pour devenir, accrochez-vous…. DEVILMAN! Youhou! S’en suit du massacre des derniers survivants et du premier combat sanglant de notre nouveau protagoniste devenu vachement chaud d’un coup : Devilman Akira.

 

Critique

Je vais l’avouer, j’ai été TRÈS critique avec cette série au début. Ayant vu et ADORÉ les premiers OVA, j’ai voulu accueillir à bras ouvert ce remake, mais je me suis rapidement gardé une petite gêne. Je n’ai pas compris tout de suite l’intérêt de l’équipe de course, de nouveaux personnages présenté… mais Dieu, DIEU que j’ai aimé le nouveau Sabbath! Elle était sanglante et bien. Puis on n’a pas le droit au fameux « I’M DEVILMAAAAN » en anglais foireux des OVA. C’est presque un meme… rendu là, faut pas chercher.

Sauf que je dois encore me plaindre de l’histoire même si j’ai dit que je l’avais mis de côté pour ne pas le comparer parce que… certains points auraient pu être mieux soignés. La mort du professeur de Ryou à la place de son père, le manoir de Ryo qui a été remplacé par un appartement luxueux, le masque de démon ou même l’aperçu des démons lors de leurs apex. Je ne peux simplement pas vous conseiller d’écouter Devilman Crybaby sans aller voir avant ou après (sûrement après, le temps d’aimer l’émission) les OVA qui ont forgé mon amour de Devilman. Cependant, je dois lever mon chapeau à l’équipe de Netflix d’avoir réussi à recréer un Devilman gore et sexualisé sans tenter de rester PG-13.

Alors dès que j’ai réussi à me dire que c’était un remake à la sauce de Netflix et que je devais cesser de fixer les anciens OVA, tout est allé pour le mieux. Sauf peut-être pour certaines animations qui sont… oh lala, on doit en parler? Les animations de cette série reflètent bien sa volonté : c’est rapidement efficace et sans détails. Non, ce ne sera pas certainement pas le plus bel anime que vous aurez vu de votre vie : mais le graphisme colle avec la psyché et la force des choses. Ce n’est pas joli, l’histoire non plus. C’est dur et sans joli arrondissement, ce qui laisse place à des animations exagérées qui collent à merveille avec l’action et le contexte.

idolizedboringcougar-max-1mb

(Cliquez sur l’image pour voir l’animation)

Les palettes de couleurs sont aussi très bien soignées. Je ne dirais pas que c’est aussi bien que Jojo parce que… c’est très difficile à battre, mais c’est coloré et dynamique. Comme l’histoire, la plupart des dessins sont pastel ou sans émoi à moins que ça ne devienne sanglant, qu’on veuille nous pointer un détail (comme le sang, par exemple, qui est d’une très jolie orange brûlé) ou tout simplement faire ressortir magnifiquement le décor avec des couleurs décadentes (comme le Sabbath).

Sujet suivant : la bande sonore. La bande sonore de Devilman a bien changé depuis ses OVAs tout en restant dans le même thème : la musique du diable. La scène qui nous le démontre le mieux est sans tout doute celle du Sabbath, là où les gens sont censés s’amuser comme des animaux. Là où les OVAs avaient mis du rock et une bande sonore plus dark pour l’époque, le remake est plutôt aller chercher le dubstep qui… honnêtement, colle bien à la musique « sans pensée » de notre époque plus moderne. Bien sûr, ce n’est pas que du dubstep, il y a aussi du techno plus relax pour les scènes plus calmes, mais l’idée est là. Je dois aussi ABSOLUMENT parler de la chanson « Devilman no Uta ». Ce n’est pas la trame sonore de l’opening (qui est magnifique et sans spoilers), mais c’est la chanson thème de la série tout de même, car elle reprend l’ancienne chanson thème de la série de Devilman 1972.

 

Pour faire bref, je conseille vivement cet anime si vous aimez les séries plus gore et violentes comme dans le bon vieux temps où les animes n’était pas toujours pour les enfants. Ne laissez pas le Sabbath vous impressionner : ce n’est que le début sans queue ni tête. C’est selon moi, une excellente série qui fait revenir en force l’ancienne mentalité des animes lorsque ceux-ci étaient plus obscurs et moins connus.

Cette série ne porte pas beaucoup de hors série ou d’à côté. Il y a le manga et Devilman 1972. Les OVAs Devilman : The birth, Devilman: Demon bird Sirene ainsi que Amon: The apocalypse of Devilman. Il est aussi sorti deux crossovers entre temps : Mazinger Z VS Devilman en 1973 et Cyborg 009 Vs. Devilman en 2015. Puis, pour je ne sais trop quelle raison, il y a aussi eu la série de Devilman Lady dont le manga est sorti en 1997 et dont l’adaptation télévisée a été faite en 1998.

En espérant que ça vous ait plu! N’hésitez pas à laisser des commentaires, vos propres impressions sur la série et proposer une prochaine série à réviser. Je vous invite aussi à me laisser vos impressions sur la fin de la série, cette jolie claque en pleine face et en plein coeur.

Bisous !

     -HudgiNy

flat800x800070f-u2-1

Quel genre de série aimeriez-vous pour un prochain article ?


À propos de cet accros

HudgiNy

Moi c'est Hudgi, mais il y a des possibilités que pour vous ça devienne "la maudite folle" ou "la fangirl tarée". Je me considère comme une "Weaboo trash" ainsi qu'une Geek débutante. Même si les titres semblent plutôt négatifs ne vous inquiétez pas, il faut tout prendre avec un grain de sel dans la vie ! J'adore la vie en 2D, que ce soit les quêtes épiques de jeux vidéos ou les aventures romantiques ou fo-folles des visual novels. Je suis une personne passionnée et plutôt intense, j'adore embarquer les gens dans mes délires. N'hésitez pas à venir me parler de ce que vous aimez, au risque de me voir me créer une nouvelle addiction.


Commentaires

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑ Adrodem Antythese Arcade Retro Big Ben Caara Cédrick Cristal HudgiNy Kayninc Marie-Lune Mathieu Mercier Shadowqc Tashiro Testeur Alpha À redécouvrir...
bandeathnotedrama
skylandergiants