Articles ban_shadowhunters

Publié le 28 juillet 2017 | par Caara

0

Shadowhunters: The Mortal Instruments

.

Inspiré de la série de romans The Mortal Instruments de Cassandra Clare, Shadowhunters raconte l’histoire de Clarissa Fairchild (Katherine McNamara), une jeune femme de 18 ans qui découvre, le jour de son anniversaire et après une expérience surnaturelle, qu’elle est plus qu’une simple humaine. Elle est en fait la descendante d’une lignée de Shadowhunters, une race d’humains possédant du sang d’ange et dont le rôle est de protéger les humains des démons.

« All the legends are true. We’re Shadowhunters. We protect the human world from the demon world. » – Jace

Sa mère, Jocelyn Fairchild (Maxim Roy), souhaitant la protéger des démons, faisait régulièrement effacer sa mémoire de toute trace du monde des ombres par un sorcier appelé Magnus Bane (Harry Shum Jr.). Elle avait prévu tout révéler à sa fille, mais fut devancée par l’incident qui la laissa traumatisée et dans un état de panique. Avant de pouvoir lui expliquer quoi que ce soit, Jocelyn se fait capturer par des membres de The Circle, un groupe de Shadowhunters rebels mené par Valentine Morgenstern (Alan Van Sprang) qui ont suivi Clary jusque chez elle. Leur objectif est de trouver la Mortal Cup, un objet qui permet de créer de nouveaux Shadowhunters et, dans les mauvaises mains, de contrôler des démons. Le but ultime du groupe est d’exterminer tous les downworlders, soit tous les êtres en partie démons.

Parmi les downworlders, on retrouve les vampires et les loups-garous puisque ce sont des humains qui ont été infectés par une « maladie de démon », les sorciers (ou démonistes) qui sont à moitié humain et à moitié démon, ainsi que tous les êtres se rassemblant sous le terme « seelies » et qui peuvent être à la fois humain, ange et démon.
Clary est prise sous l’aile de Jace (Dominic Sherwood), Alec (Matthew Daddario) et Izzy (Emeraude Toubia), des Shadowhunters qui ont, contrairement à elle, grandi en ayant pleine conscience du monde des ombres. Elle pourra également compter sur son meilleur ami Simon (Alberto Rosende) et sa figure paternelle Luke (Isaiah Mustafa) pour partir à la découverte de ses origines et de ce monde tout en tentant de retrouver sa mère.

(Pourquoi montrer le badge de policier de Luke plutôt qu’un loup? Aucune idée…)


Ah, le fameux classsique du personnage qui se voit propulsé dans un univers qui lui est inconnu, mais qui en vérité a fait partie de lui toute sa vie! On ne s’en lasse pas!

En fait, oui, on s’en lasse.

Au niveau du concept de base, on repassera pour l’originalité, mais il faut aussi voir ce qu’il y a autour. Au moins, Shadowhunters ne nous fait pas le coup du personnage qui s’adapte trop rapidement à son nouvel environnement; Clary n’est pas instantannément à l’aise avec ses découvertes et les questionne souvent plutôt qu’immédiatement les accepter comme des faits.

La première saison connue suffisament de succès pour être renouvelée pour une deuxième, puis une troisième saison, et ce malgré les critiques mitigées, qu’elles soient de la part des fans des romans ou du public général. Les fans pointent du doigt les nombreuses infidélités par rapport aux livres et sont d’accord avec le reste du public en ce qui concerne le jeu de certains acteurs et les effets spéciaux.

N’ayant pas lu les livres, je ne peux pas me prononcer sur l’aspect fidélité, mais sachant que l’auteure a vendu ses droits, les fans doivent s’attendre, à la base, à des modifications plus ou moins importantes.

Pour ce qui est du jeu d’acteur, il y a exagération, car il n’y a personne de véritablement mauvais. Katherine McNamara a ses moments, sans plus. Il faut aussi savoir faire la distinction entre le jeu de l’acteur et la nature du personnage. Alec, par exemple, n’est pas forcément très expressif dans la première saison puisqu’il garde tout pour lui et exprime rarement autre chose que du mécontentement. ‘Rien à voir avec les compétences de Matthew Daddario!

Pour ce qui est des effets spéciaux, il est difficile d’être en désaccord avec les mauvaises critiques, mais ils s’améliorent avec la deuxième saison qui amène avec elle, pour le mieux, son lot de changements visuels. Par exemple, les seraph blades, armes utilisées par la plupart des Shadowhunters, sont maintenant de véritables lames avec des gravures plutôt que quelque chose qui pourrait se comparer à la version épée d’un lightsaber en plastique.

shadowhunters_seraphblades

Les critiques ont-elles donc raison d’être parfois négatives? Oui et non.

Oui, parce que la série a ses défauts comme des problèmes de rythme dans certaines scènes et dans l’histoire en général, et parfois au niveau du montage, de l’éclairage et des dialogues. Non, parce que la série ne devrait pas être prise trop au sérieux et parce que la majeure partie des critiques proviennent de la partie adolescente du fandom, et non pas des jeunes adultes.

Inutile de dire que les adolescents sont parfois intenses dans leur haine… et dans leur amour. Consulter les commentaires sur YouTube et les divers médias sociaux peut cause une « cringerantite aiguë » ; les spoilers fusent de partout, les gens se battent pour défendre leurs ships préférés, etc. D’ailleurs, si on pouvait comparer le ship Malec, composé de Magnus et Alec, à un véritable bateau, il serait le plus gros navire à ne jamais avoir navigué les sept mers! Parlant de ça, si vous cherchez de la représentation LGBT+, vous serez servis avec Shadowhunters. Et si je vous disais qu’il y a même un représentant asexuel?

Malgré tout ce qui a été dit et qui peut sembler plus négatif que positif, j’aime cette série. Je l’aime pour sa simplicité, sa diversité, sa dénonciation métaphorique du racisme, ses personnages et les relations entre eux, sa progression plus sombre dans la deuxième saison, etc. Oh, et Magnus Bane. Il ne faut surtout pas oublier Magnus Bane!

Pour conclure, cette série est-elle à voir ou à ignorer?
Si vous êtes fans de fantastique, ça vaut la peine de lui donner une chance. Dans le cas contraire, vous pouvez aussi lui donner une chance, mais l’intrigue ne risque pas de vous intéresser autant. Pour les fans des romans The Mortal Instruments qui hésiteraient encore à écouter Shadowhunters, ne le faites que si vous êtes ouverts aux changements, car, et les autres vous le diront, il y en a beaucoup!


À propos de cet accros

Caara

Je suis Caara et je suis rédactrice pour le site. Mes articles traitent de jeux vidéo, mais aussi de d’autres éléments constituant le merveilleux monde des geeks. Je vous fais part de mes opinions, découvertes et parfois même de mes délires.


Commentaires

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑ Adrodem Antythese Arcade Retro Big Ben Caara Cédrick Cristal JUG Kayninc Marie-Lune Mathieu Mercier Shadowqc Tashiro Testeur Alpha À redécouvrir...
super-mario-world-11
conference-accros-geekfest