Articles logoune

Publié le 20 avril 2017 | par Cristal

0

Cristal part à l’Ouest avec Lucky Luke!

/!\Cet article peut contenir des « spoilers » du film, sa lecture est à vos risques./!\

Lucky Luke n’est pas sans vous rappeler de bons souvenirs de ciné-cadeau où des films tels que La Balade des Daltons, Daisy Town ou Les Daltons en cavale y sont passés. Pour les plus jeunes ou ceux qui ne regardent pas du tout les émissions francophones ou n’ont jamais vu ce personnage en bande dessinée ou en dessin animé, voici donc une petite histoire de ce personnage.

Lucky Luke est un personnage créé par Morris, un dessinateur belge. Il aura de nombreux scénaristes qui l’aideront dans la création des albums, dont René Gosciny (Astérix, Iznogood) qui sera l’un de ses principaux collaborateurs jusqu’à la mort de celui-ci en 1977. Les bandes dessinées de Lucky Luke se veulent un western humoristique avec cet homme « qui tire plus vite que son ombre ». Croisant les bandits les plus célèbres de l’Ouest, ce cowboy solitaire rencontre des parodies de personnages historiques tout comme des créations personnelles de l’auteur. Jolly Jumper, son fidèle destrier blanc à l’intelligence hors du commun ajoute sa vision de l’histoire, brisant régulièrement le 4e mur en s’adressant directement au lecteur sur la situation dans laquelle se trouve Lucky Luke. Ratanplan est également un animal incontournable de la série, un chien de garde affectueux qui comprend tout de travers. Pourchassant les criminels comme les Daltons, faisant la paix avec les Indiens, aidant des villages, faisant régner la loi, Lucky Luke boucle ses aventures en un album et termine avec son départ précité avant la remise d’une récompense pour son travail et son courage, sa silhouette sombre se découpant sur le soleil couchant.

tous-a-l-ouest-une-aventure-de-lucky-luke_286994_33471
« I’m a poor lonesome cow-boy and a long long way from home. »

Tous à l’Ouest! Mais c’est où l’Ouest?

Les aventures de Lucky Luke se passent aux États-Unis, dans la seconde moitié du 19e siècle. Nous sommes en plein cœur de la conquête de l’Ouest et, surtout, de l’or. Les montagnes Rocheuses attireront de nombreux pionniers de toutes les origines qui entreront dans une quête de territoires inexploités. Du moins, c’est ce qu’ils pensent jusqu’à la rencontre avec les Amérindiens qui ne resteront pas les bras croisés. Ce sont ces lieux agités qui seront le décor des histoires de Lucky Luke.

18768028-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est comme ça qu’on traverse les frontières entre les états…

Lucky Luke — Tous à l’Ouest — le film

Le film se base sur une des bandes dessinées nommée La Caravane (aussi reprise en épisode d’une vingtaine de minutes dans les années 90). L’histoire est classique de la série : le cowboy doit conduire les Daltons à un procès, ils s’enfuient, pillent les banques de New York, cachent le butin dans une caravane, se cachent ailleurs le temps que les policiers qui les poursuivent passent, retournent trouver le butin et réalisent que c’est dans un des nombreux chariots identiques de la caravane qui s’apprête à partir pour la Californie. Lucky Luke les trouve et se fait offrir de conduire la caravane dans un délai irraisonnable pour aider les gens qui se sont fait avoir par un escroc qui risque de garder tout leur argent s’ils n’arrivent pas dans les temps. Déserts arides, indiens, ravins, traite, plusieurs embûches se dresseront devant notre héros. Pendant le voyage, les Daltons tenteront par tous les moyens de trouver leur butin, impossible de se sauver sans lui.

go-west-a-lucky-luke-adventure

Les personnages

Quiconque est familier avec l’univers de la série reconnaîtra de nombreux personnages. Outre les personnages principaux de Lucky Luke, Jolly Jumper, Rantanplan et les Daltons, nous reconnaîtrons les traits classiques de la maîtresse d’école Miss Littletown, Old Timer (le vieux en fauteuil roulant), Monsieur Crook (le croque-mort), Louise (la chanteuse/danseuse de saloon) et ses deux co-danseuses, Loup cinglé et Vrai Faucon (le chef et son sorcier) et Monsieur Tang (le blanchisseur chinois). Le film semble vouloir nous montrer tous les personnages secondaires qu’on croise au travers des différentes histoires, outre les nombreux bandits.

tous-a-l-ouest-une-aventure-de-lucky-luke

La réception du film

Créé par les studios Xilam, le film de 87 minutes est considéré comme un échec à sa sortie. Traduit en plusieurs langues, il n’aura pas réussi à avoir la même portée que les films précédents et fait perdre 3 millions d’euros au producteur. N’ayant pas vu le film en version originale (français de France), je ne peux porter d’opinion sur l’humour dans le film, ce qui semble être un des points négatifs de la critique générale, trouvant le film manquant d’innovations et d’occasions d’avoir plus qu’un léger sourire. Le film sort au cinéma en décembre 2007 et en août 2008 pour le DVD/Blu-ray. Il sera tout de même adapté comme jeu vidéo sur la Wii et la Nintendo DS.

21790

Lucky Luke… en québécois?

Le film, distribué par Alliance Vivafilm au Canada, s’est vu doté d’un doublage québécois. Misant sur des humoristes connus pour faire le doublage et ainsi attirer probablement plus d’acheteurs potentiels, le film présente même la pochette de DVD avec les doubleurs de Lucky Luke et des Dalton : Stéphane Rousseau et Rock et Belles Oreilles. Jolly Jumper sera doublé par André Ducharme (qui fait également la voix de Joe Dalton), Rantanplan, Monsieur Tang, Piotr (le dirigeant de la caravane) et Jack Dalton sont incarnés par Yves Pelletier, Avrell, Loup Cinglé et le charretier au langage coloré par Bruno Landry, et Bernard Fortin prête sa voix à Bartleby, l’arnaqueur. Outre certaines expressions qui sont dites dans le langage courant et différent entre la France et le Québec, je ne crois pas qu’il y ait beaucoup « d’inside » par le choix des doubleurs québécois.

Sauf une fois. RBO font les Daltons. Une seule phrase ULTRA-ÉVIDENTE est dite par Joe Dalton qui fait bien entendu référence à RBO, sans aucun doute possible.

pi

À voir ou à acheter?

Fan de la série, je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter le film, avant même de l’avoir vu. Entendre Stéphane Rousseau incarner Lucky Luke m’a fait sourire et je ne regrette nullement mon achat. Si le film n’est pas une innovation cinématographique, que l’histoire est prévisible et qu’il n’y a pas un humour à tout casser, il est cependant agréable à voir et revoir. Il me fait tout autant sourire que la première fois que je l’ai vu. L’ambiance y est très différente par rapport aux premiers dessins animés; la diminution de la violence étant l’un des premiers aspects qu’on remarque. Si vous êtes un fan de la série, sans avoir des attentes immenses, c’est un film que je recommande. Pour ceux qui ne connaissent pas du tout les Lucky Luke, ce n’est probablement pas le meilleur film pour débuter, comme il semble être fait pour plaire aux fans déjà existants de la série.


À propos de cet accros

Diplômée en histoire, artisane du fil, geek, gamer et nerd sans oublier "cosplayer", je suis un peu la "princess of all trades". Passionnée par l'histoire, les jeux et les costumes, je vous ferai partager mes univers aussi réels que virtuels.


Commentaires

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑ Adrodem Antythese Arcade Retro Big Ben Caara Cristal Djou JUG Kayninc Marie-Lune Mathieu Mercier Shadowqc Tashiro Testeur Alpha À redécouvrir...
Image2
metin2