Antythese

Publié le 30 décembre 2016 | par Antythese

0

Webcomic101 – 8Bit-theater

Vous avez une histoire à raconter que vous désirez montrer sous forme de dessins puisque la bande dessinée est tout de même un art fascinant. Mais diantre, tout comme votre chroniqueur, le dessin n’est pas votre force! Vous ne savez pas comment vous y prendre autrement. Que faire ?

Grâce à l’Internet, y’a de l’espoir…!

yourhporyourgp

Dans le monde de la bande dessinée physique, plusieurs autres types de dessins sont utilisés. Au risque de vous surprendre, on a qu’à penser à la peinture comme le fait Joe Jusko et Mark Texeira chez les comics et les couvertures en chrome ou en aluminium qui étaient plus populaires dans les années quatre-vingt-dix, pour ne citer qu’eux comme exemple. Le but ultime de l’art est d’être poussé au-delà de ce qu’il offre, tout en restant contextuel. Hors, que peut offrir l’Internet en contrepartie que le classique n’a pas fait, même à ce jour ?

Les « sprite comics ». Un « sprite comic » est une bande dessinée montée à l’aide d’images en pixel provenant généralement de jeux vidéo. Certaines seront créées par l’auteur, telle « A Modern Destiny », mais cet exemple sera une tribune plus tard…  peut-être. L’exemple d’aujourd’hui est sans doute le meilleur de son genre : 8-bit Theater. Ce projet raconte à sa façon, en utilisant plusieurs formes d’humour et le tout poussé le plus possible, l’histoire du classique Final Fantasy, qui lui n’a pas besoin d’introduction.

fighter

Le tout a commencé avec quelque chose pour tout simplement s’amuser et est devenu par la suite le choix de carrière de Brian Clevinger, l’esprit tordu derrière notre sujet. Au départ, l’auteur ne pensait pas que sa « niaiserie » attirerait même une audience quelconque. Ses premières pages connaissent une qualité plus style Microsoft Paint avant d’utiliser Photoshop comme outil principal, permettant d’augmenter visiblement la qualité de ses pages. En somme, notre homme fait du collage avec les diverses images et stylise les effets « sonores » pour ainsi créer ses pages, tout seul comme un grand garçon. Rien de plus simple et une excellente alternative si vous n’avez pas de talent au crayon.

L’histoire racontée est celle de Final Fantasy, oui, mais extrapolée… à un niveau hors de ce monde. L’absurdité de 8-bit Theater est de même que l’histoire tant connue des joueurs devient méconnaissable, bien qu’elle suive la narrative du jeu pourtant fidèlement. Plusieurs détails inattendus, quoique créatifs et efficaces, font le charme de cet incontournable. Pas encore convaincu ? Est-ce qu’un Black Mage qui fait un « hadoken » pourra vous faire changer d’avis ?

hadoken

Heu, ouais… C’est tout à fait cela, madame!

… Ou encore, Fighter avec la quête pour obtenir l’« Armor of Invincibility » qui devient en fait l’« Armoire of Invincibility ». Nuance. Bon, ça ressemble beaucoup à des « punch » de l’histoire racontée par monsieur Clevinger, mais ayez confiance : ces deux éléments sont parmi les milliers d’autres blagues et gags qui vous attendent d’une page à l’autre, et à 1225 pages, dont la dernière dessinée traditionnellement par un artiste (HA!), vous allez vous apercevoir qu’il y a énormément de contenu. Des références aux jeux de rôles, des clins d’œil aux mauvais films populaires, des hommages d’actualité douteux ( Le roi du premier chapitre qui devient un personnage récurrent serait une référence à l’ancien président Bush et son administration… ) et évidemment au jeu lui-même n’échappent pas à l’humour surprenant de l’auteur. Dès qu’on croit qu’il a fait le tour d’une blague, celle-ci revient à la charge avec une certaine fraîcheur. Voilà ce qu’on appelle du talent!

red-mage-dinosaur-hunter

Ce qui est également très bien dans 8-bit, c’est que chaque personnage contribue à l’histoire, aussi petit que peut être le rôle à première vue. Chacun ont des personnalités amenées par l’auteur, comme par exemple Black Belt qui a un refoulement sur son orientation sexuelle ou Thief qui est un pro-elf, en plus d’être l’ultime arnaqueur. Les meilleures sont celles que je n’ai pas décrit dans cette chronique, car mine de rien, et partie avec rien, 8-Bit Theater est devenue l’une des meilleures œuvres de l’Internet. Encore aujourd’hui, fans ou non de Final Fantasy y trouveront grand plaisir à lire les pages, malgré qu’au fur et à mesure que l’histoire évolue, les textes s’agrandissent exponentiellement et se complexent, ce qui fait que c’est parfois difficile à suivre. Dites-vous, sinon, que ça vous donnera une occasion de redécouvrir les gags qui s’y trouvent. Gardez en tête que les gags préférés de Clevinger sont ceux qui sont sur vous et ses exécutions n’échouent jamais son but de nous surprendre et de nous faire rire.

===

8-bit theater (www.nuklearpower.com)
Par Brian Clevinger
Parodie / Comédie / Aventure
Conclue, de 2001 à 2010


À propos de cet accros

Antythese

Auteur des Antythese Segment et Webcomics101, Antythese est le résultat d'une expérience combinant plusieurs cultures artistiques, faisant de lui ce que vous voyez à chaque épisode. Ayant grandit avec les changements radicaux des années 80 et 90, Antythese espère vous apprendre quelque chose tout en vous divertissant d'un épisode à l'autre ou d'un article à l'autre!!


Commentaires

[youtube-comments]

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut ↑ Antythese Big Ben Caara Cristal HudgiNy Marie-Lune Shadowqc Testeur Alpha À redécouvrir...