Articles ban_baf

Publié le 01 août 2016 | par Kyra

2

Badass… au féminin ?

.

Je l’avoue, à chaque fois que j’entends le mot badass et qu’il sert à décrire un personnage féminin, je sers les dents, je roule des yeux, je soupire.

« Qu’est-ce que tu veux dire? T’aimes pas Samus, Lightning, Clementine… ? »

Way to put words in my mouth!

Je n’ai jamais dit ça. Je n’ai jamais dit que je déteste les personnages décrits comme tel. Le problème, c’est le terme et comment et pourquoi on l’utilise. Ça ou son synonyme « personnage féminin fort ».

Avant qu’on me classe comme féministe ou qu’on me traite de féminazi, je tiens à dire que je me détache complètement de ces termes. Si je suis pour quelque chose, c’est pour l’égalité. Par exemple, pour moi, en emploi, égalité ne veut pas dire d’engager 50 % d’hommes et 50 % de femmes, mais plutôt de mesurer leurs capacités à partir d’une même base, selon les mêmes critères et de façon juste. Ainsi, qu’il y ait une majorité de femmes ou d’hommes au final, on s’en fout.

Le problème, c’est qu’on entend jamais « personnage masculin fort », à moins qu’on vente sa capacité physique. C’est la même chose pour badass. Qu’est-ce qu’on se fait comme image lorsqu’on parle d’un homme badass dans un film? Un gars, armé ou non, avec des lunettes fumées qui marche au ralenti pendant qu’une structure explose derrière lui, le tout sur une bande sonore à mainte fois recyclée par Hollywood. Point bonus s’il s’enfuit en moto vers le soleil couchant.

Il ne faut pas s’y méprendre; « personnage féminin fort » peut aussi décrire une femme ayant une bonne capacité physique et, d’autres fois, les gens utilisent le terme comme pour dire « un personnage bien écrit ». La vérité, c’est que personne ne voit véritablement le terme de cette façon. Et, il faut se le dire, bien écrit, c’est relatif.

Un personnage féminin est décrit comme étant fort lorsque, entre autres, elle…

  • Sait se défendre, avec ou sans arme;
  • Maîtrise les armes et / ou outils qu’elle utilise;
  • Est en position d’autorité et la fait valoir;
  • Est indépendante ou a une attitude de je-m’en-foutiste;
  • Démontre son intelligence ou utilise sa capacité de stratégiste pour trouver une solution à un problème X.

Si un personnage masculin fait une ou plusieurs de ces choses, il n’y a aucune réaction, pas le moindre battement de cils ou clignement d’yeux. L’exception, c’est lorsque l’action est considérée comme étant hors personnage lorsqu’on prend en compte ce qui a été établi sur lui auparavant.

Une homme se faufile discrètement derrière quelqu’un, passe son bras autour de son cou et dépose une lame sous sa gorge.

« … »

Une femme se faufile discrètement derrière quelqu’un, passe son bras autour de son cou et dépose une lame sous sa gorge.

« Wow! T’as vu ça!? »
« Peut-être, mais elle n’aurait jamais pu se rendre jusque là avec tous les gardes qu’il y avait! »

Voyez-vous la différence? Voyez-vous où je veux en venir?

À ce point-ci du texte, certains trouveront peut-être que j’exagère et j’avoue que c’est un peu le cas, mais à peine si on réfléchit bien à la question. Parfois, il faut exagérer les choses pour permettre aux gens de mieux comprendre et faire passer le message. En fait, si vous ne vous êtes pas dit une seule fois « Ça, c’est vrai! » jusqu’ici, c’est que vous n’avez pas compris et comprendrez encore moins la suite.

Soyons honnêtes : Les femmes ne sont pas perçues de la même manière que les hommes, et ce sur plusieurs points. D’abord, elles sont souvent sous-estimées en plus d’être considérées comme étant plus faibles, sans oublier d’être accusées à tort d’agir et de penser en fonction de leurs émotions.

En tant que personne logique, réaliste et pas émotive pour deux cennes, I call bullshit.

On s’entend aussi pour dire que les personnages féminins manquent aussi parfois cruellement de dimension. Comme j’ai déjà entendu une actrice de voix ou doubleuse américaine dire lors d’un panel en convention: « Surtout en animation japonaise, les filles sont soient fortes, soient demoiselles en détresse, du eye candy ou les intérêts amoureux d’un autre personnage. Il n’y a que très rarement un entre deux ou un hors catégorie. » Vous comprendrez que la citation n’est pas exacte, mais en gros, c’est ce qu’elle disait.

J’ajouterai à cela le problème du nombre, et pas seulement en animation japonaise. Une équipe de trois? Une fille, s’il y en a une. Un groupe de 5? Une fille, deux si on est chanceux. Une bande de 10? Trois, maximum.

Attention, je ne dis pas ici qu’il faudrait égaliser les nombres. Loin de là. Si un auteur ne veut mettre que des filles, que des gars, que des poissons à trois yeux ou que des plantes carnivores dans son roman, libre à lui, c’est sa création.

En fait, j’ai l’impression qu’il y en a moins par peur. Peur de savoir comment elles seraient perçues, peur qu’on justifie leurs actions sur l’émotion, peur qu’on ne regarde pas plus loin que leur physique.

Et si Harry Potter avait été… Harriet Potter? Si on oublie l’apparence physique qui au final n’aurait d’importance que dans les films, les perceptions sur le personnage seraient différentes, même si Harriet était en tout point identique psychologiquement. Les gens la ¨shipperait¨ avec Ron ou avec Draco et la relation entre elle et Snape paraîtrait sans doute étrange, voire louche aux yeux de bien des gens. Évidemment, cela changerait également la façon dont eux seraient perçus. Ses actions seraient justifiées par l’émotion encore plus que Harry. Les gens soupireraient d’ennui face au moindre signe de son attirance romantique pour Cho et Ginny parce que « Les filles pis leurs sentiments niaiseux… C’était évident qu’il y aurait une histoire d’amour là-dedans! ». Bref, je m’arrête là, mon point est fait.

Pendant longtemps et la plupart du temps, si le personnage principal d’un jeu était féminin, c’est parce qu’on nous donnait le choix entre les deux sexes. Depuis les dernières années, on observe une croissance en terme de choix et en général, mais il reste du progrès à faire, y compris en ce qui concerne l’apparence physique. Oui, on a besoin de plus de variété, autant au niveau des personnages féminins que masculins ou autres, si on veut éliminer « personnage féminin fort » de notre vocabulaire, les préjugés et les stéréotypes.

J’ajouterai, pour finir, que les personnages d’une race autre que blanche mènent à peu près le même combat. Récemment, lors de l’annonce de Watch Dogs 2, des gens, heureusement une faible minorité, n’ont pas apprécié que le protagoniste, Marcus, soit de race noire. Je vous avoue que je n’avais même pas remarqué sa couleur de peau. De toute façon, honnêtement et en bon français, j’m’en câlisse. Ce que j’ai vu, c’est que c’était un humain et non pas une créature extraterrestre ou un animal quadrupède devenir bipède essayant de passer inaperçu.

Et si on voyait les personnages de jeux vidéo, de films, de séries télé et de livres comme étant des êtres humains avant tout, plutôt que de les juger immédiatement selon leur sexe, leur genre et leur race? Ça, ça serait badass.


À propos de cet accros

Kyra

Je suis Kyra et je suis rédactrice pour le site. Mes articles traitent de jeux vidéo, mais aussi de d’autres éléments constituant le merveilleux monde des geeks. Je vous fais part de mes opinions, découvertes et parfois même de mes délires.


Commentaires

Loading...
  1. Priscilla à dit :

    Vraiment tres bien ton article Caraa. C’est tellement rare de voir des gens avec une opinion aussi rationnelle de nos jours.
    Bravo

    • Caara Caara à dit :

      ‘Contente que ça te plaise, Priscilla!
      J’aurais aimé l’écrire d’une autre façon, mais je n’ai jamais été forte en argumentation quand il n’y a pas de statistiques rattachées. Je voulais tout de même passer le message, donc… ça a donné ça!

      Merci du commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑ Antythese Big Ben Caara Cristal HudgiNy Marie-Lune Shadowqc Tashiro Testeur Alpha À redécouvrir...
pokemon.origins
thumbnail-meilleurs-aspects-accros