Articles banbsr

Publié le 26 février 2015 | par Kyra

0

Bleach Soul Resurrección

.

S’il y a une série que je ne regrette pas d’avoir découvert à ses débuts, c’est bien Bleach. Elle compte 617 chapitres à ce jour, ce qui m’aurait sûrement repoussé si j’avais à m’y mettre aujourd’hui, sachant le temps que j’aurais à y consacrer pour rattraper l’histoire.

J’ai connu Bleach au bon moment, soit avant que le gentil et aimable capitaine de la cinquième division ne se dévoile sous un autre jour. À ceux qui liront ceci et criront au spoiler, sachez que la vérité sur ce personnage fait partie des informations de base de la série depuis plusieurs années. Il est loin le temps où une recherche d’images ne le montrait pas sans lunettes…

Compte tenu de sa popularité et de son style s’y prêtant bien, Bleach eu droit à plusieurs jeux vidéo au fil des années. Malheureusement, comme la majorité des jeux tirés d’animations japonaises, bon nombre d’entre eux n’ont jamais quitté leur pays d’origine. On retrouve des titres sur Game Boy Advance, Nintendo DS, Game Cube, Wii, PSP, Playstation 2 et Playstation 3.


Titre: Bleach Soul Resurrección / Bleach Soul Ignition (Japon)
Date de sortie: 2 août 2011
Développeurs: SCE Japan Studio et Racjin
Genres: Action, combat, beat em’all
Console: Playstation 3
Langues: Anglais et japonais


Le meilleur endroit pour commencer et découvrir Bleach? Le début!
Bien sûr, cela vaut pour tout type d’histoire, mais c’est particulièrement vrai pour Bleach. Les fans vous confirmeront qu’il y a plusieurs termes à apprendre ainsi qu’une tonne de noms de personnages, d’armes et de techniques.

Comme le jeu est basé sur les évènements et combats entourant les arrancars, l’Espada et Aizen, inutile de dire qu’un non initié ne s’y retrouvera pas. D’ailleurs, il n’a probablement aucune idée de ce que veulent dire les termes que j’ai utilisé…

En espagnol, «espada» veut dire épée. En japonais, ça se traduit par dix lames. Dans Bleach, le terme Espada désigne le groupe d’élite des arrancars, qui sont au nombre de 10.

Histoire

L’histoire est divisée en 14 chapitres mettant en vedette quelques-uns des personnages jouables. Malheureusement, ce ne sont pas tous les évènements importants qui sont couverts et plusieurs personnages essentiels à cet arc ne font même pas partie du jeu.

Les mises en contexte au début de chaque chapitre sont données sous forme de texte, sans aucun élément visuel qui permettrait à un non fan de comprendre ce qui se passe ou de mettre un visage sur les noms mentionnés. Apparement, les créateurs n’ont jamais entendu parler de cinématiques et l’idée de mettre des extraits de l’anime ne leur ait tout simplement pas venue à l’esprit.

Missions

Constitué de 28 missions dont le but est de d’abattre un boss ou de tuer un certain nombre d’ennemis, ce mode est celui qui vous demandera le plus de temps si vous tenez aux trophées. Ces derniers peuvent être très difficiles à obtenir, notamment celui qui vous demande d’obtenir le rang S dans toutes les missions en très difficile avec tous les personnages.

Bien sûr, le tout se fait sous certaines conditions et restrictions: limite de temps, dommages permanents, jauges qui ne se rechargent pas, impossibilité de sauter ou de bloquer, etc.

Quelques missions sont assez difficiles à compléter pour certains personnages. Par exemple, Soi Fong, quasi strictement corps à corps, aura beaucoup de difficulté dans la mission où un seul coup tue instantanément.

Soul Attack

Si vous aimez vous surpasser, battre votre propre record ou celui d’autres joueurs, ce mode est pour vous.

Il est séparé en trois catégories qui sont divisées en trois niveaux de difficulté.
La première consiste à accumuler le plus de Soul Points possible avec une limite de temps et de zones.
Le but de la deuxième est de se rendre à la fin du niveau dans les meilleurs temps.
La dernière demande de tuer le plus d’ennemis possible dans un temps donné.

Gameplay

Le système de combats est le même pour les trois modes et ressemble à celui de Dynasty Warriors et Samurai Warriors de par le faible nombre de combos et leur simplicité. Contrairement à ces jeux, Soul Resurrección fonctionne sur une base de zones plutôt qu’une carte, ce qui le rend encore plus linéaire.

Les concepteurs ont voulu bien faire en nous permettant de verrouiller un ennemi pour éviter de le perdre de vue. La logique voudrait que ce soit celui à lequel on fait face, le plus proche ou le plus fort qui soit sélectionné en premier. Malheureusement, le système répond plus ou moins bien à cette logique et va parfois même jusqu’à sélectionner un ennemi qui n’est même pas dans l’angle de la caméra.

Après chaque combat, on reçoit des Soul Points. Ces derniers servent à acheter des compétences ou des améliorations de statistiques. Plus l’amélioration est efficace, plus elle coûte cher.

Si tout semblait aller plus ou moins bien jusqu’à maintenant, au niveau des personnages, Soul Resurrección gagne des points. Malgré un manque flagrant de personnages comparé à l’oeuvre originale, la fidélité de ceux présents est sans appel, du moins ce qu’on connaissait d’eux à ce moment de l’histoire.

Néanmoins, j’aurais apprécié qu’ils ne soient pas déjà sous ce que j’appellerai, pour le bien de cette critique, leur stade de puissance supérieur. Où est passé le temps où il fallait atteindre un tel stade pendant le combat et non avant?

Oh, aurais-je oublié de parler du mode multijoueur? Je m’en excuse. Tout jeu de combat qui se respecte doit en avoir un, non? Bon point. Très bon point.
Seul problème, il semble que les joueurs soient les seuls à être au courant. Il n’y a pas le moindre signe d’un mode coopératif ou versus à l’horizon. Manque de temps ou de budget? Qui sait?

Visuel et musique

Dans les commentaires de quelques vidéos sur YouTube, j’ai remarqué que plusieurs personnes se plaignaient du manque de couleurs et de structures dans les décors et environnements. C’est ici qu’on distingue les fans des autres. Ceux qui ont lu le manga ou vu l’anime savent que c’est tout à fait normal.
Le Hueco Mundo est un désert et Las Noches un palais à longs corridors identiques. Comme pour les personnages, les concepteurs ont tout simplement été fidèles à l’oeuvre originale.

Là où ils ne l’ont pas été, c’est au niveau musical. Le tout sonne générique et fade, tout le contraire de l’anime qui nous offre d’excellentes pistes cadrant dans le thème espagnol de cette partie de l’histoire.

Que vous préfériez les voix originales japonaises ou la traduction anglaise importe peu, car on nous offre les deux, comme dans bien des jeux basés sur des animes.

 

Il est évident que ce jeu a été conçu pour les fans, car aucun effort n’a été fait pour expliquer quoi que ce soit.
Bleach Soul Resurrección a autant de points forts que de points faibles, mais dans l’ensemble il laisse un arrière-goût… incomplet.


À propos de cet accros

Kyra

Je suis Kyra et je suis rédactrice pour le site. Mes articles traitent de jeux vidéo, mais aussi de d’autres éléments constituant le merveilleux monde des geeks. Je vous fais part de mes opinions, découvertes et parfois même de mes délires.


Commentaires

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑ Adrodem Antythese Arcade Retro Big Ben Caara Cédrick Cristal HudgiNy Kayninc Marie-Lune Mathieu Mercier Shadowqc Tashiro Testeur Alpha À redécouvrir...
thumb hellopanda
league_of_legends