Articles supermariokart

Publié le 09 février 2014 | par Tanooka

2

Mario Kart, casual ou gamer?

Un soir, en décembre dernier, j’ai enfin essayé Mario Kart Wii avec ma famille et des amis. Sur le coup, j’ai été terriblement dégoûtée par son aspect casual flagrant et sa maniabilité foireuse. Au point que j’ai eu envie de faire un article subito presto où j’aurais bitché en long et en large ce Mario Kart pour noobs qui n’y connaissent rien aux VRAIS vieux Mario Kart.

Et là, mon très cher messire Alpha m’a à peu près dit en ces termes : « Noble Tanooka, ne montez point sur vos 40 grands chevaux. Testez donc en profondeur cette bête, peut-être saurez-vous l’apprivoiser et ne guère vous échaudez les sangs en vain».

Encore frustrée contre ce jeu,  c’est là que je me suis dit que je pourrais faire une étude comparative de tous les Mario Kart existants, où je ferais bien sûr une ode aux jeux fondateurs de la série. Je remercie d’ailleurs Big Ben et Marie-Lune pour le prêt de Double Dash, Mario Kart DS et Mario Kart Wii. Les deux seuls que je n’ai pas pu retoucher ce dernier mois sont Mario Kart 7 et ceux de la série Arcade GP.

Et je vous avais alors promis, dans ma dernière contribution aux Accros (Tadam : http://accrosdesjeux.net/2013/12/delire-la-3ds-et-la-rebelle/) un « article coup de gueule/glorificateur sur les hauts et les bas de la série Mario Kart ».

Et après, en janvier, j’ai enfin rejoué.  Et j’ai commencé à réaliser DES CHOSES! Choses changeant l’idée de base de mon article. Des choses du genre « ouais, Alpha avait raison, ces Mario Kart ne sont pas si pires que ça finalement ».

Mon idée d’article devenant alors en stagnation, j’assistai au podcast live des Accros au G-Anime.

Ce podcast portait sur les Hardcore Gamers VS Casual Gamers -que voici http://accrosdesjeux.net/2014/02/podcast-live-des-accros-au-g-anime-de-gatineau-hardcore-gamer-vs-casual-gamer/-.

Face à ce sujet, j’ai eu une révélation. J’ai vraiment réfléchis à mon affaire. Et ça a complètement changé ma vision sur la série en ce qui a trait à sa raison d’être et ses publics cibles.

Je m’excuse, série Mario Kart, de t’avoir mal comprise.

Explications.

Go! Go! Go!

D’abord, une mise au point sur les termes casual, gamer et hardcore gamer pour Mario Kart :

Le casual aime Flappy Bird et Call of Duty. Les autres types de joueurs aiment les autres jeux restants.

Je prends pour acquis que nombre d’entre vous connaissez déjà, au moins vaguement, les définitions de casuals, gamers et hardcore gamers, donc je ne m’étendrais pas avec de loooongues explications. Je me définis personnellement comme étant au stade gamer. Je ne suis pas une casual de par ma connaissance plutôt vaste et de mon amour du monde du jeu vidéo, même si je joue beaucoup moins  souvent qu’avant. Mais je ne suis pas hardcore, puisque je ne cherche pas à repousser sans fin mes limites et que je ne joue qu’à l’occasion.

Je tente donc ici de vous exposer la relation entre le casual, le gamer/hardcore gamer face à Mario Kart.

Le casual de Mario Kart est attiré (plus ou moins consciemment) par :

-Le fun.

-L’accessibilité de l’univers du jeu

-La simplicité des menus

-La chance de la victoire pour tous de par le randomless et abus des items  plutôt que de la technique de conduite à maîtriser

-L’humour niais et bon enfant

-Le nombre surélevé de personnages, de designs de karts, d’items et de courses

-Le design de pistes larges et sans grande finesse technique

Le gamer/hardcore gamer de Mario Kart aime surtout :

-Le fun

-La technique de conduite

-La finesse du design des courses aux tournants serrés et obstacles bien placés

-Le défi

-Gagner une course d’une autre façon que seulement par la chance des items ou qu’en snakant

Kin! Dans ta tronche de gamer talentueux!

Avant ma révélation sur les types de gamers…

…J’avais bêtement divisé la série en deux. Avant/Après Double Dash. Gamer/Pas Gamer. Bon/Mauvais.

J’adore, que dis-je, j’adule Super Mario Kart, Mario Kart 64 et Mario Kart : Super Circuit.

Je n’aimais pas follement tous les Mario Kart qui venaient après Super Circuit. Amusant en gang oui, mais pas « gamer ». Je les trouvais surtout indignes de leurs grands frères sur le plan gaming. Et dans ma tête avant ma révélation, ce qui n’était pas gamer, c’était mauvais.  Je parle ici des Double Dash, Mario Kart DS, Mario Kart Wii. Pour ce qui était Mario Kart 7, je n’y avais et n’y ai encore jamais joué, j’ai donc lu un paquet de test sur lui pour m’en faire une bonne idée.

Il y a un aspect nostalgique, vrai, qui venait et vient encore un peu biaiser la neutralité de mes sentiments face à la série. J’ai passé mon enfance avec Super Mario Kart et Mario Kart 64. Et mon adolescence a commencé avec Mario Kart : Super Circuit, sur mon bon vieux Game Boy Advance.

Super Mario Kart premier du nom n’est globalement pas apprécié aujourd’hui par ceux qui ont commencé à connaître la série avec Mario Kart 64, ainsi que les joueurs post Double Dash. Pourquoi? Je dirais que c’est à cause de l’aspect (très) primitif du jeu.

Vrai qu’aujourd’hui il n’est pas « très joli ». Vrai qu’on ne peut pas dépasser les 2 joueurs en mode compétition. Le mode 7 de la Super Nes a pris quelques rides aux mauvaises places disons. Mais la jouabilité technique, de mon humble avis de gamer, n’a rien à envier aux autres. La technique du saut/boost  « invisible » avec R  était déjà bien implantée. Le joueur sachant bien manier ce style de conduite s’aperçoit donc vite que le design des pistes est parfaitement conçu pour celui sachant JOUER avec R. Le fun et la rapidité s’en retrouvent décuplés. Et il est IMPOSSIBLE de terminer le jeu à 100% sans maîtriser parfaitement cette technique. Et avec Bowser s’il vous plaît. Ce gros tas rebute par sa lenteur au début, mais c’est une fusée une fois qu’on sait jouer.

Je dirais que cet opus est celui qui est aujourd’hui le moins accessible pour les casuals. Peu de personnages, peu de courses (très courtes), peu d’items, moche, mode 150cc quasi impossible si tu ne sais pas Jouer. C’est le Mario Kart avec clairement le moins de fioritures, mais de loin le plus technique, à mon humble avis. De ce fait, il paraît (ce qui est tout à fait légitime) complètement glabre et ennuyeux aux casuals modernes.

Mario Kart : Super Circuit au Game Boy Advance (cette double Super Nes portable, double car 32 bits) a un « level design » et une maniabilité du même type que l’opus au Super Nes. En fait, je dirais que ce jeu est Super Mario Kart relooké, avec nouvelles pistes, ni plus ni moins. Excellent jeu par ailleurs. Les heures que j’ai pu passer seule dessus à perfectionner mon jeu…!

Mario Kart 64 est à mon avis l’opus le plus amusant en gang. Par exemple, il y avait juste à voir le fun qu’ont eut Fred et Seb du JDG et Testeur Alpha et Joueur Beta lors de leur compétition démentielle de Mario Kart 64 au G-Anime. On avait du plaisir juste à les regarder avoir du plaisir! Il a les mêmes qualités que Super Mario Kart, sauf qu’il est en 3D, je ne m’étendrai pas là-dessus. De plus, son aspect plus « moderne » le rend déjà plus accessible aux casuals capricieux d’aujourd’hui.

Et arrive Mario Kart Double Dash en 2003, sur Game Cube. Là où tout a basculé. Profusion de personnages et de types de karts (pas toujours utiles en plus), design de piste plus grossier, où la maîtrise de techniques de conduite est moins importante. On commence déjà à élargir son public de joueurs avec ça.

Je trouvais aussi que l’univers de la série a commencé à être plus niais qu’avant à partir de cet opus. Il y a un je ne sais quoi de réellement gnan-gnan, mais je n’arrive toujours pas à mettre le doigt dessus.  Mais! Je salue quand même l’idée de deux joueurs par kart. Qui a dit que l’innovation c’était mal? Enfin, je suis quand même contente qu’ils n’aient pas continué sur cette lancée pour les autres jeux…

Mario Kart DS. On reste dans la profusion de personnages et de karts et des pistes plus grossières, sauf qu’ici, tout bascule sur le point des items. Si avant on pouvait compter sur les items comme une béquille pour s’aider en cas de manque de technique de conduite, ici, ils prennent TOUTE LA PLACE.

Le facteur gagnant d’une course se joue alors sur la chance d’avoir de bons items, plus que sur le talent de conducteur. Le gamer aimant la technique n’y trouvera donc pas son compte. Dès que tu as du talent, tu te fais ramasser à coup de carapaces bleues sorties du néant, et autres pièges excessivement trop présents.

Et que dire du snaking, cette « technique » de conduite déloyale exploitant une faille du jeu. Alors, sois tu snake « illégalement », sois tu te prends des carapaces bleues en pleine tronche. Yay… Mais si on supprime les snakers de notre entourage et que l’on accepte l’abondance d’items, c’est amusant!

J’ai déjà possédé Double Dash et DS. Mais j’ai vendu ces 2 jeux car je ne les aimais pas vraiment. D’où mon emprunt pour retester!

Mario Kart Wii. Le pire pour le gamer. On reste avec les caractéristiques anti-gamers des deux précédents opus. Sauf qu’on rajoute un aspect simpliste blanc propret, pour attirer encore plus de casuals, un add-on de casual (contrôle à la wiimote exécrable), des Mii très moches (bon ok, c’est aussi ma faute si mes propres Mii sont horribles, je trouve ça drôle). À sa sortie, il fut le premier Mario Kart que je n’ai pas désiré posséder… Mais encore là, si on se met dans la peau d’un casual et qu’on joue avec une manette de Game Cube plutôt qu’une Wiimote, le fun reste au rendez-vous, ni plus ni moins!

Oui, les opus post Double Dash ont quand même leurs côtés techniques. Mais il est moins présent de par la grossièreté des pistes et les items gâchant nos efforts techniques de gamers.

Puis vint Mario Kart 7. J’avais carrément skippé l’existence même de cet opus, car trop déçue par les derniers. En lisant des tests, apparemment que cet opus renoue avec ce qui faisait la force des pré Double Dash. Il FAUT que je l’essaie éventuellement!

J’exclue la série Mario Kart Arcade GP de mon opinion. Ils sont à mes yeux des hors-série, et très inaccessibles aux casuals de salon, logiquement. J’y ai moi-même seulement joué une fois dans une salle d’arcade aux USA, et j’en garde peu de souvenirs.

Après ma révélation sur le type de gamers…

…Je me suis remise dans le contexte de l’époque… Si Super Mario Kart premier du nom paraît aujourd’hui  « gamer only » par rapport aux opus plus récents, pour les raisons citées plus haut, il en était tout autre à sa sortie, en 1992.

Mario Kart a révolutionné le domaine du jeu de course de l’époque, ni plus ni moins : il l’a rendu accessible à tous, de par ses contrôles de base très aisés, et les items qui laissent des chances aux plus faibles joueurs allergiques à la technique. Et aussi, de par ses personnages sympathiques tirés de la série Mario, déjà très grand public à l’époque.

En 1992, et encore aujourd’hui, mettez ne serait-ce qu’un F-Zero dans les mains d’un casual : il va se crasher à cause de la vitesse excessive et des contrôles trop sensibles, pleurer parce qu’il ne peut pas jouer avec ses amis, puis jeter le jeu par la fenêtre.

Donnez-lui Super Mario Kart, il l’apprivoise instantanément en mode 50cc et en mode VS/Battle. Et pour les plus téméraires, il devient vite un jeu plus technique et difficile, ne serait-ce que lorsque l’on passe au mode 100cc dans la coupe Special.

Avec du recul, je me souviens, quand j’étais petite (9 ans), je n’utilisais pas la technique du saut/boost dans Super Mario Kart et Mario Kart 64. Je jouais avec mes ti n’amis, et mon père, qui étaient tous aussi « noobs » que moi… Et le fun fou qu’on avait!

Et c’est vrai qu’il y a évidemment un certain aspect niais et aucunement sérieux aux premiers Mario Kart. Ne serait-ce que par les tronches complètement débiles des personnages (surtout Yoshi avec sa langue sortie en quasi-permanence sur la map). Juste un humour à la sauce ’90…

Puis, j’ai grandis, j’ai eu mon Game Boy Advance avec son Mario Kart en 2001, et c’est seulement avec cet opus que j’ai appris à développer mes techniques de conduite, avec boost, sauts et tout le tralala. Puis j’ai redécouvert la maniabilité de Super Mario Kart et Mario Kart 64.

J’étais encore dans ma bulle « gamer technique » lorsque j’ai reçu Double Dash à Noël 2003, d’où ma dépréciation totale du jeu.  Idem lorsque j’ai eu Mario Kart DS en 2005, et quand j’ai joué à celui sur Wii en décembre. Il fallait vraiment que je rejoue en long et en large, que j’assiste à un podcast sur le sujet des gamers en fin janvier, que je réfléchisse sur mon propre statut de gamer, pour comprendre le premier but de la série et… Changer.
Juste cet exemple de ma propre évolution face au jeu prouve que Mario Kart s’adresse… À TOUS!

Alors, je vous donne mon évaluation générale du pourcentage de niveau gamer selon le jeu, d’un point de vue global d’une joueuse de 2014 :

-Super Mario Kart au SNES : 20% Casual, 80% Gamer, 100% fun entre amis.

-Mario Kart 64 au N64: 50% Casual, 50% Gamer, 100% fun entre amis.

-Mario Kart: Super Circuit au GBA: 30% Casual, 70% Gamer, 100% fun entre amis.

-Mario Kart Double Dash au GC: 80% Casual, 20% Gamer, 100% fun entre amis.

-Mario Kart DS au DS: 80% Casual, 10% Gamer, 10% Snaker (aka tricheurs), 100% fun entre amis.

-Mario Kart Wii à la Wii: 90% Casual, 10% Gamer, 100% fun entre amis.

-Mario Kart 7 au 3DS, de  ce que j’en sais: 50% Casual, 50% Gamer, 100% fun entre amis.

 

Finalement… Comme pratiquement  tous jeux Mario, Mario Kart est pour tous, et est surtout pour le FUN!

Avec cette vision renouvelée, en me mettant dans la peau de quelqu’un qui veut s’amuser avec tout le monde, j’ai découvert qu’il n’y a pas réellement de bas dans la série. Tous ont des petits défauts normaux, et parfois, une qualité pour un casual devient un défaut pour un gamer, et vice-versa.

Donc, quand je regarde la série maintenant, je trouve qu’elle est sur un high depuis plus de 20 ans… Chaque jeu Mario Kart s’adresse à tous degré de gamers, mais à un niveau plus ou moins vaste selon l’opus. On finira toujours par y trouver son compte, c’est juste parfois… Plus long et moins intense? D’où ma frustration au début de ma découverte de Mario Kart Wii.

Et le point le plus flagrant de Mario Kart, son essence (jeu de mooot!…) de base, est donc le simple fun à plusieurs. Il a été créé pour ça. Pour faire changement des jeux de courses techniques et difficiles se voulant réalistes. Que les gamers cessent de chialer sur l’aspect casual du jeu. C’est ça son premier but depuis le début de la série! Si t’es pas content, va jouer à cette pléiade de jeux de simulation de courses. Ils sont là pour ça.

Je trouve cet artwork superbe. Il exprime tout le fun simple et joyeux de la série. Et pour ceux qui l’ignorent, c’est l’artwork officiel du premier Mario Kart au SNES. Le même message depuis 22 ans!

De plus, à l’image des séries phares de Nintendo, Mario Kart évolue avec son public. Ou peut-être est-ce Nintendo qui fait évoluer son public avec Mario Kart? À moins que tout ne soit que question de console. On s’entend que niveau casual, la Wii et la DS… Enfin. Petit kart va loin… J’ai hâte de voir Mario Kart 8. En mai prochain!

Devrais-je tenir le même type de discours pour, par exemple, Zelda? Ou pour toutes autres séries classiques et très accessibles de Nintendo? Ça mérite réflexion… Autres débats.

Bref, c’est donc une évidence depuis toujours. Mario Kart est un jeu fait pour avoir du fun. Point.

Toute cette démarche de réflexion pour en arriver là!

Une petite course? =3

Tanooka


À propos de cet accros

Tanooka

On me surnomme Tanooka, je suis une Damoiselle, tomboy à ses heures, je suis née rétrogamer et je mourrai rétrogamer. Malgré mon surnom faisant référence au Tanuki des légendes nippones, je suis très loin d'être une otaku! Même si j'ai un fort intérêt envers tout ce qui touche à l'univers geek et que je suis entourée de geek, je ne me considère pas réellement comme tel non plus. Je suis juste... Tanooka la rétrogamer. Notez que j'aime pas mal les vieilles affaires en général, as in, antiquités de toutes époques, sauf du futur, POUAHAHA. Erf... On me surnomme parfois l'historienne, et les musées, j'en mange, et j'y travaille, et j'en étudie, et... Bref là je raconte ma vie. Vous remarquerez donc aussi que quand j'écris, j'écris beaucoup. Ça peut-être long. C'est pourquoi, sporadiquement, je vide mon sac de geekeries en écrivant des articles, qui sont postés sur le site des Accros des jeux. C'est Testeur Alpha qui m'a présenté l'équipe des Accros à l'aube de l'été 2013, et je suis très heureuse d'en faire maintenant partie!


Commentaires

Loading...
  1. Testeur Alpha à dit :

    Y a de l’espoir pour la Wii U avec Mario Kart 8 :P!

  2. gigueur à dit :

    Wow une super bonne analyse des différents Mario Kart j’a bien aimée la lecture et je partages pas mal ton opinion des différents opus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑ Adrodem Antythese Arcade Retro Big Ben Caara Cédrick Cristal HudgiNy JUG Kayninc Marie-Lune Mathieu Mercier Shadowqc Tashiro Testeur Alpha À redécouvrir...
wh1ijt
miniature