Arcade Retro the-banner-saga

Publié le 17 janvier 2014 | par arcaderetro

0

Arcade Rétro : mes premières impressions de « The Banner Saga »

Bonjour à tous!

Généralement je m’efforce à ce que mes sujets touchent la nostalgie et le rétro, mais aujourd’hui je fais exception. Une exception telle, que je fais un article et non un vidéo sur le sujet. Restez sans crainte, le facteur nostalgique n’est pas bien loin!

Je dois vous avouer qu’avant le début de la semaine, je n’avais jamais entendu parler de mon sujet d’aujourd’hui : The Banner Saga.  La curiosité m’a mené à visionner un review et ce n’est qu’après quelques minutes que j’ai eu envie de l’essayer. Je n’écoutais même pas la critique, je regardais l’art de The Banner Saga. Par contre, l’histoire derrière la conception de ce ‘turn-based roleplaying-strategy game’ m’est totalement inconnue. Le prix : 24.99$ sur Steam pour la version régulière. Rajouter 5$ pour l’édition « deluxe » incluant la trame sonore.

24.99$…c’est quand même 25 piasses! « J’achète ou je n’achète pas »?

J’ai réfléchi avant l’achat, mais c’est finalement ce matin que je me suis décidé.  J’y ai joué toute la matinée. Ma progression n’est pas encore bien loin, mais juste assez pour donner mes premières impressions sur ce jeu réalisable grâce à Kickstarter. Dès les premiers instants, j’ai eu le sentiment d’être projeté 15 ans en arrière lors de mon introduction à Warcraft II. Non je sais, ce n’est pas le même type de jeu…mais pour moi, ce fut le même coup de foudre. Derrière le sublime art similaire aux classiques de Disney tels Cendrillion et La belle au bois dormant, se cache un riche historique  rempli de lieux magnifiques.

L’action est similaire à Final Fantasy tactics ou tout autre jeu du genre. On déplace notre armée dans une map , style échiquier, afin d’éliminer l’armée adverse. Chaque personnage est différent l’un de l’autre, avec différente classe et technique. Un facteur important lors des batailles, l’impact de l’armure.  Ennemis et héros, on doit considérer la fois la force et l’armure. Plus l’armure est affaiblie, plus nos attaques font de dommage. Plus la force est basse, moins les attaques sont puissantes. C’est un bel aspect intéressant à ne pas négliger lors des combats qui , je dois mentionner, ne pardonnent pas… Je ne dis pas que le jeu est trop dur, mais juste assez. Ne vous inquiétez pas, vous pouvez jouer a « easy » et pour les endurcis , à « hard ». Que l’on réussit les combats ou que ce soit la défaite, le jeu poursuit son cours.

Face à un envahisseur qui ressurgit après une défaite lors d’une guerre précédente, les nations devront s’unir face au danger commun. Ça ressemble peut-être à beaucoup d’autres jeux..mais hey…j’ai seulement joué quelques heures! On doit faire face à des choix déchirants lors de conflits et discussions. Doit-on sacrifier des rations pour permettre à nos troupes de garder le moral ou on les garde pour faire progresser nos personnages principaux? Un « livre-jeu » mélangé à un jeu de stratégie. Le tout se déroule sous une trame sonore orchestrale, digne des plus grands films fantastiques.

Jusqu’à maintenant, l’expérience est un mélange de  Game of thrones  rencontre Disney rencontre Final Fantasy Tactics. Pour moi, ce jeu est l’exemple parfait de la raison d’être de Kickstarter : permettre à des créateurs originaux et passionnés d’arriver avec des projets uniques, qui autrement, ne verrais jamais le jour.

Bon, je lâche l’écriture de cet article et je vais essayer de faire une place dans mon horaire pour y jouer quelques heures de plus!

À suivre…


À propos de cet accros

arcaderetro

Attendez une minute, je vais aller copier et coller ma Bio que j’ai sur mon site..Ne bougez pas! « Passionné d’histoire, de film, de musique et de jeux, j’ai finalement décidé de poursuivre des études dans le domaine de la production cinématographique et télévisuelle en 2011. L’imagination toujours en effervescence, ma création est rapidement devenue mon credo. Armé de mon crayon et de ma gomme à effacer, je me devais de griffonner sur tous les morceaux de papier que je pouvais dénicher. Que ce soit des créatures mythiques, des gangsters ou un inventaire d’armes exotiques, le dessin était, est et sera toujours un de mes passe-temps préférés. Les simples dessins se sont tranquillement transformés en histoire un peu plus complexe, ce qui donna des séries de bandes dessinées qui ont maintenant presque 20 ans. Une des créations les plus ambitieuses durant mon adolescence fut de mettre sur pied un jeu de société A la « Dungeon & Dragon » avec des personnages, fiches et niveau en 3D fait à partir de simple carton. Bref, la découverte des livres « dont vous êtes le héros » m’a initié aux histoires interactives, qui étaient pour moi, le parfait mélange entre la lecture, le jeu et le film. Ma passion grandissante des jeux vidéos et des films ne m’a jamais quitté. Tant de similitudes entre ses deux médiums, pourtant si différents. Après plusieurs courts métrages, projections à des festivals et mentions ; je travaille présentement comme pigiste pour diverses boites de production Québécoise. Comme les bonnes vieilles habitudes ne changent pas, j’ai décidé de mettre sur pied cette petite série de capsules humoristiques retraçant différents jeux d’arcade. Des rétrospectives qu’il me fait un plaisir de faire et de vous partager en attendant d’avoir l’opportunité de vous en partager des plus ambitieux ! »


Commentaires

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑ Adrodem Antythese Arcade Retro Big Ben Caara Cédrick Cristal JUG Kayninc Marie-Lune Mathieu Mercier Shadowqc Tashiro Testeur Alpha À redécouvrir...
magic
thumb