Articles censure-nintendo-censorship

Publié le 04 octobre 2012 | par Gigueur

0

Nintendo et la censure

Dans les années 80 Nintendo était roi. Mis à part Sega qui tentait de prendre du terrain, la compagnie avait un quasi monopole sur l’industrie du jeu vidéo avec sa NES, Gameboy et Super Nintendo. Cette position dominante lui a permis d’imposer aux compagnies de jeux sa ligne de morale que ceux-ci devaient respecter. Au Japon, pays de toutes les bizarreries, il n’y avait aucun problème : le sang, les symboles religieux, la nudité, l’alcool, tout ça était banal mais en Amérique, Nintendo of America faisait sa propre Loi pour plaire aux yeux chastes du peuple américain. C’est ainsi que fut créée une charte de la censure pour les jeux vidéos en Amérique du Nord. Toute compagnie qui voulait être publiée sur la Nintendo devait se plier à ces règles drastiques. Je vous les présente avec quelques exemples à l’appui.

 

« Nintendo of America n’approuvera pas un jeu qui inclut de la sexualité, du viol ou de la nudité. »

Quand il est question de sexe, les japonais sont beaucoup plus ouverts que nous sur le sujet (vous n’avez qu’à regarder leurs dessins animés ou leurs bandes dessinées pour comprendre; la perversion est reine!). Le public ciblé au Japon dans les années 1980 était beaucoup plus adulte qu’en Amérique du Nord. Plusieurs jeux n’ont jamais vu le jour ici par leur contenu explicite. Les personnages dénudés se faisaient rhabiller et les décolletés plongeant disparaissaient soudainement en arrivant chez nous. Les jeux de RPG ont été les plus censurés par cette Loi.

 

« Nintendo of America n’approuvera pas un jeu qui dénigre un membre du sexe opposé. »

Les jeux vidéo, c’est bien connu, sont habituellement très sexistes. Le brave héros mâle qui va sauver la pauvre femelle soumise au gros méchant est une ligne de conduite souvent adoptée. Quand les filles deviennent les héroïnes, elles sont soudainement hyper sexualisées et dénudées alors quand elles arrivent en Amérique on a vite fait de les « dégonfler » et de les couvrir! Dans certains jeux où l’on devait se battre contre des femmes ennemies, la censure a remplacé celles-ci par des hommes!

 

« Nintendo of America n’approuvera pas un jeu qui montre de la violence excessive ou gratuite. »

La violence devait être utilisée dans un contexte approprié contre un adversaire convenable. Les poings et les pieds, ainsi que l’utilisation des armes comme les épées et les couteaux ont toutes été autorisées, mais ne pouvaient être utilisées que contre des ennemis armés. Les personnages civils ne pouvaient pas être attaqués, pas plus que les animaux innocents.

 

« Nintendo of America n’approuvera pas un jeu qui illustre graphiquement la mort »

La mort aussi passait à la censure. Quand les ennemis sont tués dans les jeux Nintendo, leurs cadavres généralement disparaissent comme par magie, ils ne sont pas vraiment morts mais simplement éliminés. De plus, les mots violents étaient remplacés par des termes plus doux. Le manuel d’instructions du jeu Mario Bros , par exemple, qui disait « Mario doit tuer les Goombas », un coup rendu sur notre continent, disait plutôt « Mario doit vaincre les Goombas ». Aucun sang n’est toléré non plus, on se souvient tous de Mortal Kombat sans aucun sang mais plutôt de la sueur qui jaillit à chaque coup de poing (d’ailleurs la version Sega a connu un succès fulgurant comparativement à celle de Nintendo).

 

« Nintendo of America n’approuvera pas un jeu qui montre de la violence domestique. »

Il n’y a pas beaucoup de jeux vidéo qui se passent dans un contexte familial mais un exemple bien connu vient du jeu RPG Mother 2 (Earthbound pour les américains). Dans une scène, un père punit ses deux enfants qui reviennent tard à la maison. On les voit sortir de l’écran puis on entend un bruit de coup. Ensuite les enfants reviennent et disent qu’ils ont mal aux fesses. Dans la version censurée on entend plutôt le père crier et les garçons reviennent se plaindre qu’ils ont perdu leur privilège de dessert.

 

« Nintendo of America n’approuvera pas un jeu qui montre des symboles religieux ou politique »

C’est ainsi que le boxer russe de Punch Out sur la NES appelé « Vodka Drunkenski » s’est vu rebaptisé « Soda Popinski ». Les croix qui représentent la chrétienté ont vite disparues des pierres tombales pour être remplacées par des « R.I.P » étant un symbole beaucoup plus général. Même la croix rouge que l’on retrouve sur les hôpitaux et les bonus de soins ont souvent été modifiées, non pas par principe religieux mais parce que la croix rouge est un symbole international basé sur le drapeau Suisse inversé. Dans Castlevania la croix fait partie des armes du héros mais en Amérique elle a été remplacée par un boomerang. D’autres exemples de censures farfelues se retrouvent dans Secret of Mana , le monstre « Hell Hound » a été rebaptisé « Heck Hound ». Le jeu NES Bionic Commando a souffert beaucoup de la censure. Au Japon le titre était Top Secret : The Resurrection of Hitler . Le jeu racontait l’histoire d’un groupe néo-nazis qui tentait de ressusciter Hitler. En Amérique les nazis sont devenus « The BADDs » et Hitler est devenu « Master D. ». Toutes les croix gammées on été changées pour des aigles noirs. Même chose pour Wolfenstein 3D sur la Super Nintendo, aucun symbole nazi et l’on combat les forces de « Staatmeister ».

 

« Nintendo of America n’approuvera pas un jeu qui montre de la drogue, de l’alcool et du tabac. » »

Les bars sont soudainement transformé en café en Amérique. Les personnages qui fument se voient privés de leurs cigarettes et de leurs cigares. Les trafiquants de drogue se lance tout à coup dans le trafic de banane (Final Fantasy Legend 2).

 

Malheureusement pour Nintendo, de nouvelles compagnies firent leur apparition et délaissaient les règles de bonne conduite que l’ancêtre japonais avait imposés à l’industrie. Playstation, Sega et Xbox devinrent extrêmement populaires avec leurs jeux gore beaucoup plus adultes, laissant Nintendo avec une image de compagnie pour petits enfants. Aujourd’hui, Nintendo of America a abandonné, dans bien des cas, cette charte de censure et suit le courant des autres en publiant tels quels les jeux, tant que l’on peut y accoler un avertissement Mature sur la boîte. C’est ainsi qu’un jeu comme Conker’s Bad Fur Day contenant un langage déplacé, du sang, de l’alcool et du sexe a pu voir le jour sur Nintendo 64. Quand on parle de censure chez Nintendo aujourd’hui, c’est plutôt au niveau de ses propres jeux faits « maison ». Les licences telles que Mario , Metroid et Zelda ne deviendront jamais explicites, gardant la bonne ligne droite morale rose bonbon propre à Nintendo.


À propos de cet accros

Gigueur

Nicolas est un programmeur natif du Lac-Saint-Jean qui quitta sa région natale pour le Grand Montréal parce que les fournisseurs d'Internet était vraiment poche dans son trou. Grand amateur de jeux vidéo et de bandes dessinées, il dû freiner ses loisirs anti-sociaux avec l'arrivée de sa progéniture. Maintenant il ne joue qu'à Skylanders parce que ses gars trippent sur les figurines.


Commentaires

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑ Adrodem Antythese Arcade Retro Big Ben Caara Cédrick Cristal JUG Kayninc Marie-Lune Mathieu Mercier Shadowqc Tashiro Testeur Alpha À redécouvrir...
thumb_accro